Я - Хакамада

Новости
Из первых рук
Материалы прессы
Я - Хакамада
ОФИС
И это все о ней
Фотоальбомы
МАСТЕР-КЛАССЫ
КНИГИ
КИНО
КОЛЛЕКЦИЯ ХАКАМА
История общественной деятельности
История политической деятельности
« июнь, 2017 »
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Наша кнопка

Irina Khakamada (en Francais)

Ирина Хакамада 

On dit que les gens normaux et sinceres ne survivent pas en pouvoir. Khakamada survit. Elle a de bons resultats pour une femme qui s’est faite sans aucune aide de qui que ce soit. Irina est une femme politique russe tres connue. Elle est Vice-President de la Douma, Copresident du parti democratique « Soiuse Pravih Sil », candidat en economique, chargee de cours. Elle est mariee. Irina a deux enfants: un fils de 23 ans et une fille qui a 5 ans. La revue « Time » l’appelle « politicien du XXI siecle » et une de 100 femmes reputees du monde. Irina croit que toute femme peut avoir du succes en politique, il faut juste avoir de la volonte et vouloir travailler.

Son nom appartient a une vieille lignee des samourais comptant plusieurs siecles d’histoire, qui a reçu a son temps une propriete terrienne rassemblante au pantalon des samourais. «Khakama» se traduit du japonais comme « un pantalon de samourai », « da » comme « un champ », « Le pantalon de samourai dans le champ » ou quelque chose pareille, le japonais ne se traduit pas en russe (en français) mot a mot. Khakamada, elle a ce nom en Russie.

Irina est nee le 13 avril 1955 a Moscou. Son pere Moutsouo Khakamada etait un communiste japonais. Il a emigre a l’Union Sovietique a 1939 et a pris la nationalite sovietique. Il est mort a 1991. Sa mere est Russe, retraitee, elle etait professeur d’ecole. La grand-mere d’Irina s’est suicidee, son grand-pere etait execute au camp de concentration, sa tante et sa soeur sont mortes toutes jeunes. Toutes ces femmes etaient solitaires, la plus part divorcees, elles elevaient ses enfants seules.

Irina grandait timide, retiree, maigre. Les garçons ne s’interessaient jamais a elle, elle n’avais pas d’amies non plus. Les professeurs lui disaient toujours : «Peux-tu sourire au moins une fois ?» Elle se sentait abandonnee. La famille habitait dans un kommunalka, sa mere ne quitait jamais son bureau, son pere ne palrait presque pas russe. Ni a l’ecole, ni a la cour de sa maison elle n’avait pas d’amis a cause de la couleur de son peau, de la forme de ses yeux, de son nom extraordinaire. Son pere etait froid avec ses enfants, mais c’etait lui qui l’a fait aimer les sciences exactes et qui l’a fait apprendre a etre independante.

Irina a voulu devenir heureuse et elle a commence la lutte avec le destin. Elle revait d’etre ballerine, mes ses parents ne s’occupaient pas beaucoup de sa formaton choreographique, le temps etait perdu. Ayant grandi un peu, elle a essaye d’entrer a l’ecole de ballet, mais on lui a refuse. Mais elle aime toujours les dances. Alors elle a decide de devenir philologue du japonais. Elle a essaye d’entrer a l’Institut des Langues Orientalles, mais elle a echoue. Le plus probable, toujours a cause de son nom.

Elle est entree a la faculte economique de l’Universite de l’Amitie des Peuples Patrice Loumoumba (l’Universite de l’Amitie des Peuples de Russie). Elle s’est beaucoup passionnee a l’economie de marche et elle a termine l’Universite avec les notes tres elevees. Puis elle faisait ses etudes a l’aspiranture de l’Universite d’Etat de Moscou, en travaillant comme veilleuse de nuit. Irina a soutenu sa these, est devenue chargee de cours et candidat en economique. Elle faisait des cours, ou elle exaltait l’economie de marche. Elle ne voulait pas ecouter les instructions du comite de Parti communiste sur le sujet de ses cours. Elle allait au travail comme a la prison. En plus, elle etait deja mariee et avoait deux enfant. Et il n’etait pas possible de nourir la famille avec le salaire de professeur.

Toute sa vie, avant qu’elle ne soit devenue politicien, etait une vie d’une femme qui s’adaptait toujours a des regles de jeu qui n’arretaient de changer. Et toutes ces regles jouaient contre tels comme elle et ses amis. Le pouvoir croyait qu’il representait toute la moralite du monde, et les gens c’etait juste la foule, qui n’existait que pour etre dirigee. Khakamada ne voulait pas faire partie de cette foule et elle a decide d’etablir les regles de jeu elle-meme, les regles, avec lesquelles les gens peuvent se respecter. Irina a decide de risquer et faire du business. C’etait sa premiere victoire. C’etait un saut a une autre vie.

La nouvelle vie entraîne les nouvelles felures morales: la perte totale du prestige social de l’epoque. Elle apportait du cafe, lavait les planchers, faisait de la comptabilite. Les parent se sont disputes. Son fils Danya qui etudiait a l’ecole, se genait de dire ou travaillait sa mere.

Irina avec ses adherents ont fonde une des premieres bourses en matieres premieres dans le pays. Devenue expert principal, elle travaillait tous les jours et nuits. Mais tels gens qu’elle etait, restaient toujours en dehors de la societe. La foule les detestait, la bureaucratie d’Etat les humiliait, l’Occident riait d’eux. Mais ils ont supporte et vaincu.

En ete de 1992 sa vie a totalememnt change encore une fois. Tout a coup elle a compris que la bourse etait une phase passee et la politique etait un domaine ou elle pouvait commencer de nouveau et absolument independante. Ayant constamment des froissements avec les politiciens, le pouvoir, les petit-bourgeois, les medias, elle s’est rendue compte de necessite de la creation d’une organisation politique pour attirer l’attention des gens aux reformes economiques et en mai 1992 Le Parti de la Liberte Economique a ete cree. Et encore en nouveau depart.

En 1993 elle a vu en reve qu’elle devrait devenir depute du nouveau Parlement.On lui a dit qu’avec son nom, son visage oriental et sa maniere de s’habiller il ne serait pas possible de gagner. Ils se sont trompes. Elle a gagne les elections ayant eu le maximum de votes, ayant depasse douze hommes concurrents. Le travail au Parlement lui a fait comprendre qu’il fallait lutter, trouver les allies politiques, meme si elle devenait des fois desillusionnee sur leur compte. L’essentiel c’est de ne pas se taire!

Dans la vie privee tout etait parfait. La nouvelle mariage, le bonheur absolut, l’amour fou. Mais quand elle est passee la deuxieme fois au Parlement, la depression est venue. Pourquoi? Il n’y avait pas de progression. Irina sentait qu’elle ne pouvait plus rien faire. Elle avait trop peu d’adherents. Alors elle a eu un nouveau reve – devenir ministre, aller au pouvoir executif. En 1997 Khakamada est devenue President du comite d’Etat du developpement du business, etant deja le defenseur connu des interets du business, revant de l'existence en Russie de la classe moyenne stable. En 1998, apres la crise du 17 août, le Gouvernement a ete demissione.

Khakamada cree un nouveau parti democratique « Soiuse Pravih Sil » qui va contribuer a la progression de la conscience publique des valeurs de la democratie et du liberalisme, au developpement des reformes democratiques et liberales, a la consolidation en Russie de la societe civile et de l’Etat de droit democratique.

Irina devient un des leaders du parti et gagne de nouveau les elections a la Douma. « Soiuse Pravih Sil » est devenu une force au Parlement. Le partie a designe Irina pour le Vice-President de la Douma qu’elle est deja pendant deux ans.

Irina n’imaginait meme pas qu’elle pourrait atteindre un tel niveau. Il se trouve que les gens qui commence du zero et qui ne compte que sur eux-meme, peuvent atteindre des niveaux les plus eleves. Tres lentement, avec peine, mais ils peuvent. Irina en est une. Elle suit strictement les regrles de l'harmonie et elle est absolument sûre qu’en Russie une etoile feminine se levera, l’etoile qui commencera enfin construire du pays une grande maison confortable. Il faut en rever et il ne faut pas le craindre, dit-elle.

«Je suis un politicien russe typique. Tout ce qui se passe avec moi c’est typique et normal en Russie. Surtout, parceque je suis une romantique. Seulement un romantique peut se permettre de ne pas se depecher, d’attendre la realisation de leurs idees. Seulement un romantique, etant en plus une femme, peut ceder aux hommes pendant longtemp».